29/04/2007

Euh...


... Salut... je me présente... ... ... je suis un garçon... ... ... un peu comme tout le monde mais qui ne ressemble à personne... ... ... ... j'ai plein de rêves dans la tête, entendez par là que j'ai une imagination débordante... ... ... ... ... je suis assez paradoxale dans le sens où beaucoup de choses de ma vie ne sont pas forcément logique, en même temps je ne suis pas logique, exemple j'aime bien être entouré de mes ami(e)s, car se sont des personnes extrêmement importantes pour moi et en même temps j'adore la solitude, j'aime être seul et réfléchir... ... ... ... ... pour continuer à me décrire de façon on ne peu plus banale je dirais que dans mes centres d'intérêts il y a la lecture autant de romans que de comics ou de mangas, en musiques je suis surtout métal et rock bien que j'écoute un peu de tout, niveau cinéma c'est pareil je vois de tout... ... comme je vous le disais quelqu'un dont ne peu plus normal... ... ... ... être un super héros est difficile quand on a pas de super pouvoirs mais on fait avec ce qu'on à alors on développe des caractéristiques pas vraiment extraordinaires mais qui me permettent malgré tout d'aider les gens qui me sont chers et celle qui m'est chère... ... ... et a défaut d'avoir un joli costume coloré en rouge et bleu par exemple (^_^) j'en ai trouvé un autre qui est plus réaliste mais qui d'une certaine façon fais de moi ce que je souhaite être au final... ... ... ... je suis sûr que vous ne comprenez pas tout ce que je raconte, c'est normal, ne vous inquiétez pas personne ne me comprend vraiment même s'il y en a qui me comprenne beaucoup mieux que d'autres... ... ... je sais plus trop quoi dire en fait... ... ... il parait que je suis quelqu'un de gentil.... ... ... dans ces moments de ma vie je me définirais plus comme un monstre gentil mais qui est cruel sans s'en rendre compte et sans le vouloir, paradoxale c'est ce que je vous disais... ... ... ... ah si j'écris aussi, ça vous avez dû vous en rendre compte si vous connaissez mon blog, j'écris du slam, enfin des choses qui rimes quoi... je dessine aussi je me suis remis au dessin il y a quelques mois, j'aime bien dessiner, cela me permet de me détendre, j'oublie le monde extérieur, je sors de cette réalité et m'enferme dans la mienne... ... ... pour résumer on va dire un garçon avec un monde bien a lui... qui veut aider les autres et surtout protéger ceux qu'il aime... ... introverti beaucoup moins qu'avant... extraverti beaucoup plus qu'avant en tout cas beaucoup plus en public... ... ... ayant un degré de sociabilité inversement proportionnel au nombre de personnes qui m'entoure (pour faire simple ^_^)... ... ... ... parfois impassible, sans expression mais cela c'est bien amélioré grâce à certaines personnes... ... ... je suis rentré dans un e autre partie de la vie, finis l'adolescence, fini les études, c'est la vie active on va dire avec ces choix et ces obligations... ... ... ... ... il paraît que j'ai changé, que je me suis responsabilisé, que j'ai grandi tout simplement... ... ... je vais pas tarder à changer encore dans les temps à venir d'ailleurs... j'espère que ce sera en bien, j'espère devenir quelqu'un de bien, j'espère devenir ou en tout cas ressembler ou plutôt m'approcher de ce que je souhaitais et que je souhaite toujours être... ... ... je ne savais pas quoi écrire au départ, finalement j'ai commencé à essayer de me décrire, de vous montrer une petite partie de moi pour que vous me connaissiez un peu mieux... ... certains savent déjà tout ça, d'autres vont découvrir, j'ai juste voulu m'ouvrir un peu au final... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... je pense être quelqu'un de bien alors restez avec moi, j'ai encore beaucoup de choses à vous donner... enfin j'ai surtout besoin de vous et j'ai surtout besoin de recevoir... ... comme on dit c'est ce qui veulent aider les autres qui ont le plus besoin qu'on les aident, paradoxal je vous disais... ... ... ... il me définit bien en fait ce mot... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...force tranquille aussi ça me définit bien ^_^ ... ... ... ... ... ... on verra dans l'avenir ce que je deviendrais, on verra ce que les gens diront de moi... ... on verra... on verra... ... ... ... ... ... ... ... ça se passera bien... ... ... .

12:50 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Perdurer...

 

Le jour est arrivé,

y a plus qu'à profiter,

en essayant de pas trop se faire chier,

à ne pas savoir quoi dire durant ces journées

si courtes mais que l'on fera durer

car ce sont les seules programmées

avant une longue, très longue durée.

Maintes fois prévues, maintes fois dessoudées,

ces tentatives ont enfin donné

le résultat escompté

c'est à dire un tête à tête prolongé

sur des 24 heures enchaînés

pour des délires à souhaits,

des conneries démesurées,

des discussions très élaborées,

et des blancs captivants et colorés.

Enfin sur Paris dans cette chambre découpée,

enfin devant toi avec ton hoquet,

devant toi mal habillé,

devant ton pantalon bien tombé,

ensemble on va je l'espère s'amuser,

on va profiter de ces quelques instants volés

à une vie où l'on est éloigné

par des kilomètres trop nombreux à compter,

à une vie où l'on est séparé

mais dans laquelle notre amitié

ne fera qu'une seule et unique chose,

une seul et unique chose : perdurer.

 

NLSN

 

Hush, inspiré en cette journée ensoleillé,

à peine réveillé depuis le petit déjeuné,

prêt à attaquer, à s'amuser et surtout à la continuer - dimanche 29 avril 2007

11:56 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/01/2007

Pour vous mes ami(e)s


Lendemain de réveillon, la plupart de mes ami(e)s sont partis prendre leur train pour rentrer chez eux.
J’ai comme un manque, je me sens un peu seul, c’est un sentiment que je pense beaucoup de personnes connaissent, que ce soit sur le pas d'une porte ou sur le quai d'une gare quand il faut dire au revoir et que l’on fait de très grands signes de mains pour montrer à quel point ils vont nous manquer. Enfin bref, je déambulais un peu chez moi et les mots sont venus, je les ai gardé à l’esprit et je suis allé sur l’ordinateur, j'ai affiché une feuille blanche et je l’ai remplis en laissant courir mes doigts sur le clavier. Ils couraient tout seuls, comme inconsciemment guidés par le sentiment que j'éprouve pour ces personnes.
En gros j'ai écris sans vraiment réfléchir, comme quoi ce que ces gens m'insufflent avait besoin de sortir et de s'exprimer.
C'est un juste retour des choses après ce qu'ils ont fait pour moi.
Voici pour vous, mes ami(e)s, ce retour.

Un mot très simple

J’en ai marre de tourner, je veux juste écrire,
arrêter de galérer et me remettre à sourire
mais pour l’instant je suis sans smile,
impossible, impuissant, je ne suis pas de taille.
C’est dingue de voir comme parfois c’est compliqué
d’afficher un sourire malgré la bonne volonté,
moi je sais que quand ils sont là
sourire ne se pense même pas,
il s’immisce tranquillement et se montre au grand jour
et tu t’en rend compte seulement parce que tu l’as en retour.
A vous mes amis je dédicace ce slam,
vous qui mettes cher, partie intégrante de mon âme.
Merci d’être vous, je m’en mettrais presque à genoux
pour vous montrer ce que vous êtes pour moi le relou.
Vous êtes mes rayons d’un soleil brillant, d’un soleil souriant,
m’éblouissant chaque instant par vos paroles et gestes insouciants.
Vous êtes tellement que mes mots ne suffisent pas
pour exprimer ce que je ressens au plus profond de moi.
Je terminerais donc par un mot très simple mais qui est à l’effigie
de ce qui me vient très souvent à l’esprit
quand je pense à vous, vous mes ami(e)s
je veux juste vous dire MERCI.

Hush - lundi 01 janvier 2007

13:27 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/12/2006

Au creux de la main

 

Si j’étais un oiseau,

je pourrais quitter la terre,

je volerais très haut,

j’arrêterais de regarder en l’air.

Je traverserais les nuages

que je regarde avec envie,

je deviendrais à mon âge

un gamin beaucoup plus que ravi.

Je volerais dans les cieux,

me rapprochant du plafond,

je discuterais avec Dieu

bien installé dans son salon.

Je ferais des piqués vers la mer

redressant au dernier moment,

y laissant des traces éphémères

avec mes doigts d’enfant.

Si j’étais un oiseau,

je ferais de la voltige, des acrobaties,

des vrilles, des tonneaux

et tout ça, jour après jour, jusqu’au bout de ma vie.

Je suis un oiseau,

mais je suis plus proche de la terre,

je vole plus très haut,

je ne regarde plus en l’air.

j’observe le sol,

je m’y pose de plus en plus souvent,

de moins en moins je décolle,

le ciel devient lassant.

Avant j’étais au dessus,

maintenant je suis en dessous,

les nuages ne m’attirent plus,

maintenant je m’en fous.

Les jeux sont devenus rares,

ça ne m’amuse plus aujourd’hui

et pour le canapé c’est trop tard,

j’ai plus vraiment d’amis.

Je suis un oiseau,

je vole et je m’ennuie,

je vole au même niveau

et ça tous les jours jusqu’à ce que mort s’en suit.

Quand j’étais un oiseau,

je n’étais pas coincé sur la terre,

je pouvais aller là haut

et pas seulement regarder en l’air.

Je jouais avec le vent

du matin au soir,

je m’amusais vraiment

maintenant je peux le croire.

Je volais dans les cieux

du soir au matin,

ce bonheur merveilleux

je l’avais au creux de la main.

Désormais tout ça est fini,

j’ai chuté depuis mon paradis,

je suis pour très longtemps cloué sur terre,

c’est de ma faute, plus ou moins volontaire.

Quand j’étais un oiseau,

je ne rêvais plus de l’être.

Aurais je droit à mon bonheur de nouveau,

je vais continuer à rêver et un jour peut être…

 

Hush - jeudi 09 novembre 2006

23:16 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/12/2006

Vole et disparais

 

Bouge ! Réveille toi !

Qu’est ce que t’as à rester planté là ?

Ouvre les yeux et regarde.

Vois tout ce qu’il y a,

observe ces gens autour de toi.

Ils sont tous là pour ta petite personne

alors écoute ces mots qui résonnent,

ces mots que tu dis si souvent,

ils te les disent tous à cet instant.

Regarde et assied toi.

Vois les mains qu’ils te tendent,

ils sont tous entrain d’attendre

un geste ou un mot de ta part,

avec eux il sera jamais trop tard.

Ils seront toujours là pour toi

comme toi tu l’es pour eux à chaque fois.

Reste pas assis et lève toi.

Continuer ainsi n’est pas la solution,

tu ne feras que te perdre dans tes intentions.

C’est bien beau de penser et de réfléchir

mais tu ne fais rien pour agir,

ces raisonnements ne sont que des prémisses,

il faut toujours que tu grandisses.

Lève toi et marche.

Il y aura toujours des obstacles ou des marches à monter

voir parfois carrément à escalader.

Ca tu le sais, tu l’as accepté

mais le soucis c’est que t’arrives pas à l’appliquer.

Blesse toi, souffre, endure et pleure

mais n’oublie jamais qu’au bout il y a le bonheur.

Marche et cours.

Tu vois la porte, tu l’as déjà ouverte,

tu l’as même déjà franchis, certes

mais de l’autre coté, t’es jamais allé bien loin,

t’est toujours revenu dans ton coin.

Ce que je te propose c’est de la passer, de la fermer à clé et d’avancer

mais t’inquiète pas je te laisse quand même un double des clés.

Cours et vole.

Tu ne peux maintenant que progresser,

ne regarde derrière toi que pour te rappeler

les mauvais et surtout les bons moments passés

mais ne te retourne plus pour t’isoler

sinon tu retourneras dans cette pièce

et tu n’y gagneras au final que de la détresse.

Vole et disparais.

Je t’ai tout dis, enfin je crois,

de toute façon moi aussi je serais toujours là.

Joue correctement, tu as toutes les cartes en main

et fait en sorte de ne pas revenir dés demain.

Toujours le sourire, reste toi-même,

n’oublie jamais que c’est ainsi qu’ils t’aiment.

Disparais et que je ne te revois plus.

De toute façon j’aimais pas ta compagnie,

jamais un sourire et des conversations pourries.

Ta gueule, j’en parle même pas, t’as vraiment une sale tête,

faudrait que tu fasses quelque chose, … peut être des couettes.

Tu me manqueras pas, franchement bon débarras.

Bonne chance, je suis sûr que tu y arriveras.

 

Hush - 08 juillet 2006

23:57 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/12/2006

Un ange sur un lit

 

Tu dors et j’ai envie d’écrire

sur ton sort et tes sourires,

sur ta personne entrain de dormir,

sur ton être et tes soupirs.

J’ai parlé d’une vision de paradis,

d’un ange allongé sur ce lit,

tu es belle lorsque tu sommeilles

et tu bouges sans le moindre réveil.

De positions en positions,

de retournements en situations,

tu restes douce et assoupis,

tu restes toi et j’en souris.

Recroquevillée ou étirée,

découverte ou cachée,

tu sembles paisible dans tes songes

tandis que moi je plonge,

à chaque fois que je te regarde

et je ne peux m’en empêcher, je m’attarde

sur toi entrain de dormir

sur moi entrain d’écrire.

Je ne sais que penser,

j’écris ce qui me passe par la tête,

je ne peux m’empêcher de regarder

cette personne si bien faite

de la tête aux pieds

en passant par l’esprit,

cette personne allongée

sur ce lit où je suis aussi.

Tu dors, tu respires,

ton ventre se lève à chaque inspiration,

il est l’heure de partir,

le réveil va faire son apparition.

Maintenant tu es réveillée

enfin tu essaies,

je dois donc m’arrêter

enfin j’essaie.

Tu commences à parler,

je continue à écrire,

tu vas te lever

et moi je vais partir,

je vais quitter stylo et papier,

tu vas quitter lit et oreiller,

j’ai beaucoup aimé te regarder,

tu as beaucoup aimé dormir,

j’espère que tu t’es bien reposée,

en tout cas moi j’ai eu beaucoup de sourires.

Tu es jolie quand tu dors,

un ange sur un lit,

je te remercie encore

de cette vision de paradis.

 

Hush - 04 juillet 2006

18:06 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/12/2006

Inspiration d'un soir...................... ou d'un matin

 

Il est tard ou plutôt il est vachement tôt.

Un rapport de stage ça prend du temps.

Demain je dois me lever pour aller au boulot.

La journée va se passer et je pense en espérant

que je ne verrais pas le temps filer

car ce soir je dois me diriger

vers un endroit où les gens de font que passer,

et oui c'est la gare vous l'avez deviné.

Une personne y débarque vers les coups de 9 heures du soir,

je suis impatient d'aller l'accueillir, d'enfin la revoir.

De recommencer à discuter, rire, déconner, rigoler

avec cette partie de ma vie que j'espère ne jamais oublier.

Je profiterais d'elle pendant plusieurs jours

en faisant tout pour que, même si c'est trop court,

ces instants passés ensemble restent à jamais graver

dans sa tête, son coeur, et peut être dans un cahier.

Je lui ferais faire la cuisine, je la lui ferais découvrir,

je lui ferais faire le frigo, ça je suis sûr qu'on va en rire,

Je lui donnerais envie de revenir

et ce dans le plus proche avenir.

Elle ne voudra plus quitter cet endroit,

elle en fera son paradis sur Terre,

elle sera  toujours accueillit comme il se doit,

comme une personne qui ne sera jamais éphémère.

Tout ce que je dis n'est peut être pas vrai,

ça se trouve elle va me prendre pour un vrai boulet,

mais je ferais ce qu'il faut pour qu'elle sourit,

jour après jour et nuit après nuit,

durant ce séjour parmi nous

qui je l'espère sera bien à son goût,

pas trop amer, pas trop sucré,

juste ce qu'il faut, on va essayer de bien doser

pour que ce goût lui reste pas en travers de la gorge

mais qu'au contraire ça lui forge

un tas de souvenirs inoubliables

qui quand elle sera triste lui rendra le sourire

lui rendra l'envie de continuer à rire.

Car même si à certains moments ça va pas,

même si dans certains instants plus rien ne va,

il faut toujours ce dire qu'il y a un lendemain

même s'il est vrai que c'est souvent incertain

mais il peut nous apporter un grand nombre de choses

que ce soit en petites ou en grandes doses

de l'amitié, de l'amour, des rires, des joies,

parfois rien, parfois tout à la fois.

Alors arrête de pleurer, arrête de sombrer,

relève la tête, laisse la lumière entrer

dans ton coeur et dans ton esprit.

et commence à balayer tes soucis.

Et n'oublie pas de sourire et de rire

car si t'as plus ça tu approcheras le pire

mais rassures toi y aura toujours quelqu'un,

une simple connaissance ou un très bon copain

qui de part ses connerie te redonnera le sourire

et très vite, tu verras, reviendra l'envie de rire.

Alors voilà, après ces quelques mots, où j'en suis maintenant,

j'ai commencé à écrire sur l'heure tardive mais ça c'est pas important,

j'ai enchaîné sur mon rapport du moment

avant d'annoncer mon emploi du temps.

Puis je me suis mis à délirer, sans pouvoir m'arrêter,

sur les sourires et les moments passés, pardon désolé.

L'inspiration est venue comme ça à cette heure tardive

et il va falloir que j'aille me coucher car je crois que le soleil arrive.

Demain est déjà aujourd’hui

et dans quelques heures elle sera ici,

ça va rire, ça va sourire,

espérons que ce sera le pire

en terme de joie et de bonheur

en terme de sourire au coeur.

Là je crois que je dois m'arrêter.

Là je crois que je dois aller me coucher.

Essayer de dormir un peu

car demain est un jour heureux

et je dois être en forme pour profiter

de cette semaine qui vient de débuter.

Alors maintenant je vous dis au revoir,

je recommencerais sûrement un de ces soirs

mais au moins maintenant vous êtes prévenu

maintenant que vous m'avez écouté ou lu.

Si vous avez apprécié je vous dis à bientôt,

si je vous ai saoulé désolé pour ces maux

Dans tout les cas je ne vous ai pas laissé indifférents

et je crois que finalement c'est ça le plus important.

 

Hush - lundi 19 juin 2006

20:33 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/12/2006

Impro MSN

 

     melle chaussette a passé une soirée de merde dit :

c'est moi que vla

     melle chaussette a passé une soirée de merde dit :

alors dis moi maintenant que moi je t'ai dis pk j'ai passé une mauvaise soirée

Hush [en stage] dit :

moi c'est comme des fois ca m'arrive

Hush [en stage] dit :

je n'ai plus d'envie

Hush [en stage] dit :

et mon amie s'appelle mélancolie

Hush [en stage] dit :

elle devient ma muse

Hush [en stage] dit :

et abuse

     melle chaussette a passé une soirée de merde dit :

moi c'est nostalgie

Hush [en stage] dit :

de mes pensées sombres

Hush [en stage] dit :

et me fait sombrer

Hush [en stage] dit :

dans l'ombre

Hush [en stage] dit :

des toutes ces choses parfois insensées

Hush [en stage] dit :

.

     melle chaussette a passé une soirée de merde dit :

c'est beau l'impro

Hush [en stage] dit :

merci

 

Hush - je ne sais plus quel soir ^^

00:07 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/12/2006

Une jolie demoiselle

 

Une jolie demoiselle,

cheveux long, ou plus court,

un petit rire ne fin de phrase qui ne la fait pas rigoler,

un look peu reconnue dans la rue,

des chaussettes rayées ou très colorées, mais toujours bien regardées et appréciées,

une tétine depuis peu dans la bouche, pour un look un peu louche

qui lui fait retrouver un visage de petit bébé,

un joli sourire d’une timide pas toujours devinée

par les gens qui la connaissent ou la découvrent,

des idées, des délires toujours très personnalisés

parfois, voir souvent, très décalés

mais qui trouvent quelques fois un écho

et dans ces cas là ça peut monter crescendo

et se retrouver parfois à l’opposé des délires initiaux.

Un foulard autour du cou, autour de la taille, autour de la tête,

du jaune, du rouge, du bleu, du vert, très rarement du rose, pour le haut ou le bas

et toujours les chaussettes décalées pour habiller les pieds.

Cheveux blonds, parfois vert, pour une blonde assumées,

vivant sous l’eau, son élément vital, pour se réhydrater.

Des peluches, beaucoup de photos, des textes, des poèmes, une guitare,

des amis aussi diversifiés que sa folie en pleine expansion qui espérons

ne disparaîtra ou ne diminuera jamais,

prions pour qu’elle grandisse et s’épanouisse avec ou sans la société

mais toujours entourée par ses proches si variés.

 

Hush - 26 avril 2006

15:32 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/12/2006

Au bord d'une falaise

Au bord d’une falaise

je me retrouve,

je suis mal à l’aise

et j’ouvre

mon esprit sans le vouloir

à toutes ces mauvaises pensées

qui m’envahissent et me font voir

que je suis qu’un pauvre con, que je peux rien faire, rien changer.

J’aurais pu si j’avais su.

Pauvre con de merde.

Je le savais et j’aurais du

mais mes conneries me perdent

comme à chaque fois, comme toujours

cela se répète, encore et encore,

j’ai beau tomber, me relevé, mais à chaque tour

c’est la même rengaine et c’est mort.

Je suis au bord d’un gouffre,

je veux sauter, tomber, m’écraser, crever,

ça fait mal, j’en souffre,

je veux tout arrêter, stopper,

ne plus avoir à me réveiller,

rester allongé, ne plus me levé,

ne plus faire un geste, arrêté de bouger,

tout simplement crevé, crevé, crevé.

Je suis tout en haut,

je regarde en bas,

je vais faire le grand saut,

partir au loin, très loin, là bas.

Je serais tranquille, c’est ce que je me dis,

enfin je pense, peut être, je crois,

ce sera sûrement mieux que là où je suis,

ça ira mieux quand je serais là bas.

Je suis au bord d’une falaise,

je suis au bord d’un gouffre,

je suis mal à l’aise,

je souffre.

Je suis tout en haut,

peut être bientôt en bas,

je n’ai plus qu’à faire ce qu’il faut

peut être……………………..un pas.

 

Hush - jeudi 13 Avril 2006

20:46 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/12/2006

Le slam & mon premier slam


Si vous passez régulièrement sur ce blog vous allez en lire souvent puisque j'en écris quelques uns, enfin quand je trouve le temps pour écrire ^^
Qu'est ce que le Slam? Pour faire court c'est une forme de poésie. Pour faire un peu plus détaillé, en citant les quelques règles, c'est un texte a cappella qui dure à peu près trois minutes. C’est un moyen de partager des émotions, un moyen de s’ouvrir aux autres.
J'ai connu le slam avec Grand Corps Malade que je citerais comme mon mentor ou mon maître à penser dans ce domaine artistique. Je l'ai découvert avec le titre « Les voyages en train » un soir, minuit largement passé à la télévision, j’ai tout de suite accroché.
Quelques temps auparavant dans un moment de malaise j’ai posé mes mots sans trop m’en rendre compte avec des rimes et j’ai ainsi écris un petit poème que j’ai renommé, suite à cette nuit là, un slam.
Au fur et à mesure que j’écrivais je me suis amusé à catégoriser mes textes : les slams éphémères et les slams éternels. Les slams éphémères sont ceux que je fais oralement selon l’inspiration et que malheureusement j’oublie partiellement ou complètement quelques minutes après. Les slams éternels quand à eux sont tout simplement ceux que je mets par écrit et que donc je pourrais retrouver même si je les oublie ^^
J’ai eu la chance le 11 novembre 2006 de voir Grand Corps Malade sur scène et suite à cela j’ai découvert une autre catégorie de slam : le slam technique. Il s’agit d’un slam remplit de jeux de mots, de tournures de phrases et de similitudes phonétiques. Je cite pour exemple deux rîmes issues de ce slam technique : « la vertu » et « le vers tue ».
C’est donc ainsi que je me suis mis à écrire plus ou moins régulièrement, que je me suis retrouvé emporté volontairement ou involontairement par Grand Corps Malade dans l’univers du slam. Etant plutôt du genre taciturne, surtout au niveau de mes sentiments et de ce que je ressens, cette forme d’expression m’a permis, me permet et me permettra pour encore un moment de mettre des mots sur mes joies et mes peines, mes choix et mes erreurs, bref de mettre à l’écrit ce que je suis vraiment.

Mon premier slam (attention collector ^^)

Tu tapes contre les murs
Tu as besoin d’exploser
de crier cette putain de colère
qui t’envahis et ne veut retomber
Tu frappes de ton poing
et la douleur explose
envahissant ta main
et ne laissant que d’éphémères ecchymoses.
Cette colère est parfois contre quelqu’un
mais très souvent c’est vers toi qu’elle est tournée
un geste, un remord, une erreur, une blessure sur certains
ou tout simplement cette putain de saloperie de pensée.
Elle revient toujours et sans cesse
quand je suis seul et pourtant entouré
elle s’immisce, me pénètre et me blesse
avant de disparaître aussi inévitablement qu’elle est arrivé.

Hush - Mercredi 05 avril 2006

Je précise pour ma défense que comme il s’agit de mon premier texte il est loin d’être satisfaisant. Il est inachevé et je ne l’ai pas retouché depuis que je l’ai écris, il y a par conséquent des petits soucis de ponctuation ou de rime par endroit. Enfin bon, il faut bien commencé par quelque chose d’imparfait pour s’améliorer et s’approcher de la perfection ^^

Je vous donne l’adresse du site de Grand Corps Malade : http://www.grandcorpsmalade.com/

11:17 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/11/2006

Il faut bien un retour à tout (premier post du blog depuis un an)


Sur l’écran si on ne regarde que le jour et le mois il s’est à peine passé une journée, nous ne sommes que le lendemain. Mais dans la réalité il s’est passé un an. Un an durant lequel il y a eu des joies, des peines, des prises de tête, des rires, des soucis ponctuels ou quotidiens, du repos, du travail, de la détente, etc, etc. Bref une année comme tout le monde en vit et comme tout le monde en vivra.
Je reviens sur ce blog plutôt que de le laisser à l’abandon parce qu’il me tient à cœur. J’ai commencé ce blog en voyant tout ceux des personnes qui m’entourent, ça m’a donné envie de faire pareil, peut être juste pour essayer ou peut être pour m’ouvrir inconsciemment aux autres, ou à certaines personnes en particulier.
Je remet donc ce blog au goût du jour et je vous souhaite la (re)bienvenue dans mon univers.
Pour l'occasion je vous propose un petit slam ^^

Renaissance, c’est le mot que je vais employé pour ce retour très attendu, par moi
et peut être par d’autres qui sait, j’espère un peu que ce soit le cas.
Nombre de choses sont à dire sur ce passage du 28 au 29 novembre,
autant de choses à dire que de choses à taire, je ne vais pas m’étendre.
Ici se dresse une forteresse, mon lieu de recueil et d’isolement,
situé sur la demeure de l’araignée, j’y viens de temps en temps
selon l’humeur, selon l’instant pour écrire et partager
avec vous derrière votre écran, des moments divers et variés.
Ne sachant pas toujours quoi écrire, ne vous attendez pas à du sophistiqué
ce ne sont là que des mots enchaînés et disposés dans le but de transposer
et de narrer mes inspirations, mes pensées et peut être, ce que je ressens.

18:28 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2005

Il faut bien un début à tout (premier post du blog)


Il y a des jours comme ça où on a envie de rien, on souhaiterait que tout s'arrête. On souhaiterait se poser et ne plus bouger, ne plus rien faire, ne plus avoir de responsabilités, ne plus avoir de comptes à rendre bref stopper tout.
Ces jours là sont sans lumière, le vide s'installe et cela peut durer un certain temps, parfois en quelques heures ce malaise, cette sensation de vide disparaît, parfois il faut plus que quelques heures, il faut des jours. Ce mal-être disparaît généralement tout seul, comme il venu, il trouve son chemin pour venir et il trouve son chemin pour partir. La vie reprend alors son cours normal, tout redevient comme avant... jusqu'à la prochaine fois.
Mais il y a des jours où cette sensation désagréable part beaucoup plus vite, car on lui montre le chemin de la sortie. Il suffit parfois d'une parole, d'un geste, d'un regard et la lumière revient et le vide disparaît.
Il suffit d'un peu de lumière pour chasser l'obscurité.
J'ai trouvé ma lumière, j'ai encore du mal à m'en servir correctement pour chasser les ténèbres mais je m'exerce, je m'entraîne et petit à petit je sais que je saurais la maîtriser, l'utiliser comme il faut et que je pourrais ainsi chasser ses ténèbres qui m'envahissent et qui me vident de toutes joies, de tous désirs, de toutes envies, de tous sentiments.

J'ai trouvé ma lumière.

04:30 Écrit par Hush dans Slams & Textes | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |